Si les pesticides étaient
dangereux, ça se verrait !

0+
Millions

de tonnes de pesticides sont épandues par an dans l’environnement

100
Millions

de personnes empoisonnées chaque année dans le monde par les pesticides

10000
Tonnes

de pesticides dangereux et interdits à l’usage en Europe, ont été exportés en 2018 par l’UE dans des pays en développement

Ici et ailleurs, refusons l’intoxication

L’utilisation de pesticides chimiques est à la base de bon nombre de maladies chroniques pour les humains, plus particulièrement pour les agriculteurs, mais aussi pour les communautés vivant proche des champs et les consommateurs. Les pesticides chimiques contribuent aussi, à la diminution de la biodiversité, la pollution des sols et de l’eau – alors que leur fabrication consomme du pétrole et émet du CO².

Certains pesticides, inscrits sur la liste noire des polluants organiques persistants à cause de leur nocivité tant pour les êtres vivants que pour la nature, continuent pourtant d’être produits, essentiellement en Europe, et exportés pour être utilisés dans d’autres pays, notamment en Afrique.

Les paysannes et paysans, sont aujourd’hui fortement exposés aux risques d’intoxication, de contamination, de dégradation de leurs terres et de leur environnement causés par un usage incontrôlé et excessif de pesticides, y compris de pesticides extrêmement dangereux.

Face à ce fléau des pesticides, SOS Faim travaille à la promotion d’un autre modèle d’agriculture, partout dans le monde, qui se passe de produits chimiques, renforce l’autonomie des paysans et paysannes et qui permette de produire assez de nourriture pour toutes et tous sans avoir un impact si destructeur sur la santé et sur la nature.

SOUTENEZ NOTRE CAMPAGNE POUR UNE AGRICULTURE SANS PESTICIDES

Le Congo face aux dangers des pesticides

Une étude financée par SOS Faim, réalisée en avril 2021 par la faculté des sciences agronomiques de l'Université de Kinshasa en République démocratique du Congo auprès d’un échantillon représentatif de 126 maraîchers de la ville, a mis en exergue une utilisation disproportionnée et abusive de pesticides, un risque avéré pour la santé des maraichers et des consommateurs et un impact certain sur l’écosystème, en particulier sur les sources d’eau.

quote
94% des maraichers de Kinshasa utilisent du Thiodan, un insecticide interdit en Europe depuis 15 ans car extrêmement dangereux et persistant dans l’environnement

Les équipes de SOS Faim ont constaté qu’en plus des produits homologués, les paysans ont un accès aisé à des pesticides extrêmement toxiques, les plus courant étant le Dichlorvos et le Thiodan Endosulfan Sulfate. Ces substances chimiques pourtant interdites au Congo et dans de nombreux pays du monde en raison de leur grande toxicité et de leur persistance dans l’environnement, sont reconditionnées et vendues à moindre coût dans la ville de Kinshasa et ses environs. La présence et l’usage incontrôlé de telles substances nocives, permet d’affirmer que les Congolais et l’écosystème du Congo, sont en danger !

quote

Il n’y a pas de matériel de protection

J'utilise souvent le Thiodan pour lutter contre les ravageurs. Normalement, nous devons utiliser un équipement de protection lors de la manipulation de ces produits, mais il n'y en a pas. J'utilise les brindilles de palmier à huile pour appliquer les produits sur les légumes. Après avoir terminé, je me lave les mains avec du savon. Je n’ai jamais entendu dire que l’insecticide que j’utilise est mauvais.

Kafera Sibikolia Horpas

quote

À cause de l’utilisation excessive des pesticides, nous tuons la terre

À cause de l’utilisation excessive des pesticides, nous tuons la terre. Les insectes sont devenus résistants aux pesticides. Par conséquent, nous devons mettre de plus en plus de traitements. Nous savons très bien que nous nous tuons à petit feu, car depuis un moment les maladies sont devenues plus courantes et notre production diminue considérablement aussi.

Patrick Mayunka

quote

Nous avons besoin d’alternatives naturelles aux produits chimiques

Il nous faut des alternatives à tous ces produits chimiques qui doivent être fabriquées en République démocratique du Congo. Nous devons produire des engrais organiques et des biopesticides qui soient capables de combattre les bioagresseurs des plantes, mais qui doivent également coûter moins chers.

Professeur Jean De Dieu Mingengu

S'informer, c'est pouvoir agir !
Suivez nos actions pour la défense d'un agriculture paysanne.

SOS FAIM, AU SERVICE D’UNE AGRICULTURE PAYSANNE SANS PESTICIDES

Pour lutter contre le fléau des pesticides toxiques, SOS Faim soutient des projets qui participent à la transition écologique en République démocratique du Congo.

Les actions que nous menons en RDC via nos partenaires congolais, ont pour but de sensibiliser les maraichers sur les dangers des pesticides chimiques et de promouvoir des pratiques agricoles régénératives et plus saines pour l’environnement et la santé.

Nous agissons pour améliorer les conditions de vie des paysans et pour faire émerger une agriculture plus durable, qui permette de produire assez de nourriture pour toutes et tous dans un pays où 27,3 millions de personnes sont touchées par une insécurité alimentaire aiguë.

Découvrez les projets que SOS Faim et ses partenaires mènent en République démocratique du Congo pour en finir avec ces pesticides qui mettent en danger l’environnement et la santé de tous.

La clinique des plantes recherche et développe des bio pesticides pour en faire une alternative viable

En savoir plus

Un centre d'agroécologie pour former les maraîchers aux techniques de production plus saines et durables

En savoir plus

Nos actions pour lutter contre le fléau des pesticides interdits

En savoir plus

Notre action en quelques chiffres

1000

maraichers formés à des pratiques agroécologiques plus saines et durables

+10$

d’augmentation du revenu par mois pour chaque famille maraichère

1

centre d’agroécologie basé à Kinshasa

En faisant un don, vous agissez avec SOS Faim et ses partenaires, pour mettre en place des projets durables contre le fléau des pesticides interdits

Pourquoi donner
maintenant ?

Pour éviter une catastrophe écologique et sanitaire en République démocratique du Congo, il est urgent d’agir contre la fabrication, l’exportation et l’usage dans les cultures de pesticides interdits et hautement toxiques.

Des alternatives aux pesticides chimiques existent déjà. En donnant maintenant à SOS Faim, vous soutenez des actions concrètes sur le terrain qui favorisent des modes de production plus durables et plus sains pour la santé et l’environnement.

QUI SOMMES NOUS ?

Active en Belgique et dans 8 pays d’Afrique et d’Amérique latine, SOS Faim soutient l’agriculture paysanne en privilégiant l’accompagnement d’organisations locales, paysannes, citoyennes et non-gouvernementales.

Ensemble, nous luttons ici et ailleurs contre les dérives d’une agriculture industrielle et toxique et pour que les paysans vivent dignement de leur travail.

S'INFORMER, C'EST POUVOIR AGIR !

En vous abonnant à notre newsletter mensuelle, vous serez tenu informé.e des actualités, publications, campagnes et actions de SOS Faim. Désinscription possible à tout moment (promis) Notre charte de confidentialité

Nous soutenir