SOS Faim
Faire un don

JAGROS 2019 : retour sur une journée de sensibilisation des futurs agronomes aux défis et alternatives agricoles et alimentaires

Souveraineté alimentaire • 18 mars 2019

Mardi 26 février, 500 jeunes, étudiants de première année des cinq Hautes Ecoles wallonnes d’agronomie ont pu échanger et réfléchir ensemble, pendant toute une journée, aux enjeux de la souveraineté alimentaire et de l’agriculture durable. Au programme, conférence, ateliers pédagogiques, jeux, exposition et rencontres avec des acteurs de terrain. Retour sur une journée intense et riche en apprentissages.


 

Pour cette 4ème édition, SOS Faim, Eclosio et Vétérinaires Sans Frontières ont déployé une formidable énergie pour organiser une journée dédiée aux défis agricoles de demain. Ces agronomes en devenir ont pu envisager leur futur métier sous l’angle des alternatives, notamment par le biais d’un regard croisé Nord-Sud. Et leur niveau de connaissance est déjà élevé !

Trois intervenants ont animé une conférence, apportant, pour chacun d’eux, un éclairage particulier sur ces enjeux :

  • Marcel Mazoyer, ingénieur agronome et professeur émérite à AgroParisTech a développé une perspective historique des pratiques agricoles depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui,
  • Deogratias Nyonkuru, ingénieur agronome burundais, a partagé son chemin de fervent partisan, à l’origine, d’une agriculture industrielle et finalement converti à l’agriculture familiale grâce à sa pratique,
  • Barbara Lefevre, professeur d’économie et de gestion, a présenté le système des coopératives, à la fois de producteurs et de consommateurs, comme alternative concrète à un modèle agricole industriel.

Pour compléter cette présentation par une approche plus ludique, tous les étudiants ont participé à l’un des six ateliers pédagogiques. Parmi eux, un escape game, le Jeu de la Ficelle de la Viande ou encore Navatane, un jeu proposé par SOS Faim. Avec ce dernier, par exemple, les joueurs se glissent dans la peau d’une agricultrice ou d’un agriculteur qui doit récolter et vendre ses productions sur le marché. Au fur et à mesure du jeu, ils se rendent compte des inégalités entre les agriculteurs et des causes de ces inégalités. Ils sont ainsi amenés à réfléchir aux alternatives et à prendre connaissance du droit à la souveraineté alimentaire et ses implications.

Parallèlement, pour saisir encore mieux ces réalités, les étudiants étaient invités à participer à des rencontres avec des acteurs agricoles pour parler conversion biologique, maraîchage, agroécologie et filière du lait. Ainsi, par exemple, un représentant de Fairbel a présenté, avec enthousiasme et pédagogie, la situation difficile des producteurs de lait en Belgique et la réponse apportée avec la création de ce label solidaire et équitable.

Et enfin, pour finir en beauté, un forum des alternatives a permis à plusieurs associations, les Brigades d’Action Paysanne, Terre en Vue, Paysans Artisans et la Ceinture alimentaire liégeoise, de se succéder pour achever de convaincre les derniers sceptiques qu’un autre modèle agricole est possible.