CAAP

Un accès difficile aux services financiers dans les pays andins

Comme dans la plupart des pays andins, les services financiers sont concentrés en Equateur au sein des centres urbains et périurbains. En effet, peu d’institutions financières offrent des services financiers adaptés aux populations rurales. Les coopératives d’épargne-crédit rurales constituent une des formes d’institution les plus efficaces et les mieux appropriées par ces populations.

CAAP grande equateur

CAAP au sud

Créée en 2012, CAAP (Coopérative d’épargne et crédit Alternative d’Action Populaire) résulte d’une volonté d’une dizaine de coopératives d’épargne et crédit rurales de se structurer en une organisation de second niveau, pour leur assurer un développement optimal. La mission de CAAP est de renforcer ses coopératives membres afin qu’elles puissent offrir des services financiers de qualité et de manière pérenne aux populations rurales. Le renforcement de ses coopératives de base se fait à 2 niveaux :

  • Non-financier : organisation de formation et d’assistance technique en gestion financière, produits d’épargne et de crédit, contrôle interne etc. in situ qui s’adressent aux staffs et aux élus.
  • Financier : la CAAP offre un refinancement (crédit) à ses membres pour qu’ils puissent augmenter leur fonds de (micro)crédits.

CAAP et SOS Faim

Le partenariat officiel entre la CAAP et SOS FAIM a débuté en 2014. Auparavant, les coopératives rurales membres de la CAAP avaient été renforcées dans les programmes de SOS FAIM de 2008 à 2013, au travers de l’appui technique de l’ONG CAAP (centre andin d’action populaire), qui est à l’origine de la création de la coopérative  de 2e niveau.

SOS Faim finance une équipe de 2 experts de type agronome et zoologiste au sein de la CAAP pour renforcer les coopératives membres dans leur accompagnement aux producteurs en matière de production agricole et élevage de manière durable. Cet accompagnement a pour but d’améliorer la productivité et les revenus des agriculteurs et éleveurs, et mieux connaître leurs besoins spécifiques en matière de financements.

SOS Faim va également poursuivre le financement d’un 3e expert pour renforcer les coopératives au niveau administratif et financier et se confirmer à la réglementation équatorienne (manuels de procédure, gestion de risques, gestion financière, etc.).

Des résultats encourageants !

  • Nombre total de membres au sein de la CAAP : 43 435 membres (dont 49,5% de femmes)à +35% par rapport à 2015
  • 55 661 459 $ d’en-cours de crédit pour l’ensemble des 14 coopératives membres à +19% par rapport à 2015
  • 1.245.448 $ d’en-cours de crédit de la Coopérative CAAP en faveur de ses coopératives membres à + 29 % par rapport à 2015

Perspectives

A l’horizon 2021, les 2 experts techniques agronome et zoologiste qui tourneront au sein des coopératives permettront d’accompagner près de 700 producteurs, tout en renforçant les capacités des équipes des coopératives. Par l’identification de filières porteuses et l’appui technique à une production et un élevage durables, la productivité et les revenus des producteurs seront améliorés. Par ailleurs, il est prévu l’incorporation de davantage de coopératives dans la CAAP, et de renforcer leurs capacités administratives et financières afin de répondre aux besoins des populations rurales avec des produits toujours plus adaptés.