CAFE CACAO PEROU

Le café et le cacao, deux filières clés au Pérou

Au Pérou, on compte plus de 170.000 producteurs de café et plus de 70.000 producteurs de cacao. Ceux-ci travaillent  essentiellement sur des surfaces limitées, moins de 10 hectares. Les producteurs s’associent souvent en coopératives pour écouler leur production.  Certaines de ces coopératives ont décidé de se doter d’une unité d’appui pour résoudre des problèmes communs rencontrés, c’est ainsi qu’est née la Centrale Café et Cacao du Pérou.

perou café

La Centrale Café et Cacao en bref :

  • La centrale café et cacao du Pérou a été créée en 2003.
  • Elle regroupe 13 coopératives de petits producteurs, ce qui représente plus de 12.000 affiliés des zones centrales et sud du pays.
  • La Centrale a pour objectif principal d’améliorer le niveau de vie et de revenus des producteurs membres.

Comment ? Via une offre diversifiée de formation (école de leader, gestion, goûteur, …), une assistance technique pour assurer la transition vers l’agriculture biologique des pacelles et assurer l’approvisionnement des marchés locaux et internationaux et enfin un soutien dans la recherche de financement.

SOS Faim et la Centrale de Café et Cacao

SOS Faim accompagne la centrale depuis sa création de manière globale en vue de couvrir une partie des ressources humaines locales et des frais de fonctionnement de la centrale.

Une production en quantité et de qualité …

En 2013, les membres de la Centrale ont produit 12.200 tonnes de café et 5.230 tonnes de cacao.  La productivité des parcelles a en moyenne augmenté de 25% lors des 4 dernières années. 68% de cette production est biologique et écoulée majoritairement sur les marchés équitables.

Et demain ?  Produire plus et poursuivre la certification bio de la production

Le travail d’appui technique et conseil sera poursuivi à l’avenir pour profiter à 6.800 producteurs de café (dont 35% de femmes)  et 3.600 producteurs de cacao (dont 19% de femmes). En 2016, nous visons :

  • Augmenter de 59% pour le café (20.400 tonnes) et 67% pour le cacao (7.800 tonnes)
  • Atteindre 75% de la production certifiée biologique