CAFE CACAO PEROU

Le café et le cacao, deux filières clés au Pérou

Au Pérou, on compte plus de 225.000 producteurs de café et plus de 105.000 producteurs de cacao. Ceux-ci travaillent  essentiellement sur des surfaces limitées, moins de 10 hectares. Les producteurs s’associent souvent en coopératives pour écouler leur production.  Certaines de ces coopératives ont décidé de se doter d’une unité d’appui pour résoudre des problèmes communs rencontrés, c’est ainsi qu’est née la Centrale Café et Cacao du Pérou.

perou café

La Centrale Café et Cacao en bref :

  • La centrale café et cacao du Pérou a été créée en 2003.
  • Elle regroupe 13 coopératives de petits producteurs, ce qui représente plus de 12.000 affiliés des zones centrales et sud du pays.
  • La Centrale a pour objectif principal d’améliorer le niveau de vie et de revenus des producteurs membres.

Comment ? Via une offre diversifiée de formation (école de leader, gestion, goûteur, …), une assistance technique pour assurer la transition vers l’agriculture biologique des pacelles et assurer l’approvisionnement des marchés locaux et internationaux et enfin un soutien dans la recherche de financement.

SOS Faim et la Centrale de Café et Cacao

SOS Faim accompagne la centrale depuis sa création en 2003. SOS Faim a par le passé soutenu directement plusieurs de ses coopératives membres, puis ce soutien ensuite évolué  vers cette organisation faîtière afin d’augmenter la portée et les effets des appuis octroyés.

SOS Faim fournit un soutien institutionnel global à la centrale jusqu’à fin 2019 en couvrant des frais généraux et des frais de personnel local, ceci dans l’objectif qu’elle devienne l’autosuffisante, dont l’atteinte est évaluée durant cette année-là.

Résultats obtenus

En 2012-2014 le Pérou a connu une importante attaque de rouille du café, un champignon qui colonise les feuilles du caféier et les fait tomber en quelques jours. Dans certaines régions de production de café, près de 80% des plants ont été affectés. Petit à petit le secteur se relève de cette crise, accompagné en cela par la Centrale café et Cacao, notamment pour renouveler le parc caféier avec de nouvelles variétés plus résistantes.

Fin 2016 :

  • les membres de la Centrale ont récolté un total 16.931 tonnes de café et 6.148 tonnes de cacao. Les chiffres pour le café sont en nette augmentation par rapport aux chiffres de 2014 où la production avait été la plus basse (3.815 tonnes) ; et sont proches de rattraper le niveau avant la crise (17.085 en 2012). Le cacao a connu, lui, des chiffres d’augmentation de production progressive ces derniers années ;
  • 84% du café est vendu avec les certifications biologique et équitable ;
  • 7 782 producteurs de café et de cacao (dont 19% de femmes) ont bénéficié d’assistance technique par leur coopérative, grâce à l’appui de la centrale.

Perspectives

Les besoins pour les petits producteurs de café et de cacao du Pérou restent encore très importants, notamment en matière de renouvellement des plants avec des variétés plus résilientes aux phénomènes climatiques qui affectent le pays, mais également en termes de qualité et d’accès aux marchés. La Centrale Café Cacao poursuivra ses appuis dans ce sens dans les prochaines années. L’organisation a, en plus, le défi d’atteindre l’autosuffisance grâce aux services développés pour ses membres.

En attendant, d’ici 2019 et grâce à l’appui de SOS Faim il est prévu que la centrale accompagne un total de 4800 producteurs dans leurs techniques de culture du café et/ou du cacao de manière directe. De manière indirecte, ce sont 12 200 familles de producteurs qui devraient être renforcée via les autres services de la centrale.