CNOP

Face à un Etat qui se désengage, les organisations paysannes se structurent

Au Mali, le secteur agricole emploie la majeure partie de la population active, mais contribue faiblement à l’économie nationale. Les mauvaises performances du secteur agricole sont principalement dues aux aléas climatiques, à la mauvaise organisation des filières, au manque d’équipements des paysans ou encore à l’accès insuffisant à l’information et au crédit.

C’est pourquoi, dans les années 90, un mouvement associatif rural s’est mis en place au Mali afin de prendre le relais de l’Etat, notamment au niveau de l’encadrement des paysans.

S’unir pour renforcer l’activité agricole

Pour pouvoir se positionner comme interlocuteur unique et légitime face à l’Etat, les organisations paysannes devaient s’unir. C’est ainsi que la Coordination Nationale des Organisations Paysannes du Mali (CNOP) a été créée.

Reconnue depuis 2004, la CNOP se veut un espace de réflexion et de concertation, afin de renforcer la collaboration et les échanges entre les organisations paysannes du Mali. L’objectif de la CNOP est de faire del’agriculture malienne le levier du développement économique, social et culturel du pays.

cnop

 

Des résultats encourageants

La crédibilité de la CNOP est maintenant reconnue qui regroupe aujourd’hui 10 000 organisations paysannes, soit environ 200 000 petits producteurs maliens. 

Elle s’est impliquée dans l’élaboration de la loi d’Orientation Agricole, elle participe au Conseil Supérieur de l’Agriculture et est membre du ROPPA (Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest).

Quelles perspectives ?

Dans les années à venir, un des objectifs principaux de la CNOP sera de promouvoir l’agro-écologie auprès de ses membres. Nous soutiendrons 90 exploitations familiales dans la mise en pratique de techniques agro-écologiques.