EGAB (Entente des Groupements Associés pour le développement à la Base)

Depuis quelques années, les organisations d’éleveurs s’investissent dans la création d’une dynamique commune autour des questions relatives à leur secteur. Bien que des pratiques de « récupération politique » subsistent, des avancées significatives ont quand même été notées grâce aux autorités de tutelles qui ont instauré des espaces de consultation et concertation. C’est dans cette logique inclusive qu’a été élaboré le code pastoral. 

 

La mauvaise pluviométrie amenant à une rareté des pâturages et la mise en route du Plan Sénégal Emergeant (PSE) offrent aux organisations d’éleveurs, l’opportunité de continuer dans cette voie unitaire pour des solutions structurantes, et durables aux questions de l’élevage. C’est à cet effet que l’EGAB a pris l’initiative de mettre en place une activité visant la modernisation des systèmes de production agropastorale dans la zone agro écologique.

L’EGAB en bref 

L’EGAB a été créé entre 1983 et 1984 à l’initiative des populations pour faire face aux difficultés consécutives à la sécheresse et au désengagement de l’État. Après une première phase d’expérimentation suivie d’une crise, l’EGAB a réorienté sa mission et son travail de 2004 à 2011.
L’Entente regroupe aujourd’hui dix-sept Comités et compte plus de 2000 membres (un tiers d’hommes et deux tiers de femmes).

Lors de la création de l’EGAB, la région du Ferlo subissait les effets de plusieurs manques dans les domaines de l’éducation, de la santé communautaire, de l’hydraulique pastorale, de la sécurité alimentaire, etc. Aussi, les premières activités de l’EGAB furent centrées sur la résorption de ces manques.

Depuis 2008, l’EGAB renforce ses actions visant le développement de l’élevage et du pastoralisme, le meilleur accès aux services socioéconomiques de base, la promotion des femmes et des jeunes, la promotion des exploitations familiales.

Les orientations stratégiques de l’EGAB reposent sur trois buts :
1. Bénéficier des richesses de l’élevage,
2. Produire et vivre en sécurité,
3. Bien vivre ensemble en société

Les principales activités de l’EGAB sont orientées vers :

  • la sécurisation des espaces pastoraux (création d’Unités Pastorales, identification et matérialisation de pistes de transhumance, mise en étables pour la stabulation),
  • la mise en place d’investissements pastoraux tels que magasin de stockage d’aliment de bétail, parcs à vaccination, aménagement d’eaux de surfaces, sécurité alimentaire du bétail (fourniture d’aliment de bétail, combinaison élevage/agriculture pour production de fourrage, formation, plaidoyer et sensibilisation.

 

SOS Faim & l’EGAB 

SOS Faim soutient l’EGAB depuis 2008, période à laquelle l’EGAB a décidé de renforcer ses actions de développement de l’élevage et du pastoralisme, le meilleur accès aux services socioéconomiques de base, la promotion des femmes et des jeunes, la promotion des exploitations familiales.

SOS Faim soutient financièrement l’EGAB pour la réalisation des activités suivantes :
– l’achat de semences,
– la confection d’étables,
– la mise en place de magasins d’aliment pour le bétail,
– l’approvisionnement en intrant,
– la formation et l’appui institutionnel pour le fonctionnement du bureau.

 

Résultats obtenus 

  • Production de 127,5 tonnes de fanes d’arachide pour le fourrage du bétail
  • 305 animaux mis en stabulation pour la production de lait et l’embouche (engraissement)
  • 7 Unités pastorales sensibilisées à la gestion des ressources naturelles
  • Disponibilité de 95 tonnes d’aliment de bétail
  • Prise en charge du personnel de bureau

 

Perspectives

L’engagement de l’EGAB dans les actions de gestion durable des ressources naturelles qui se traduit par la mobilisation des sous-comités et villages autour de la gestion des unités pastorales et des forages. Dans ce sens, l’EGAB souhaite renforcer les capacités des responsables et également rehausser de manière significative leurs capacités d’influence sur les problématiques touchant l’espace pastoral et la gouvernance locale au niveau de toutes les communes.