Milan 2015 : une occasion ratée de poser le défi alimentaire

Le 1er mai dernier, le Président du Conseil Italien Matteo Renzi inaugurait en grande pompe l’expo universelle 2015 « Nourrir la Planète, Energie pour la vie ».

Si le thème choisi pour l’Expo laissait présager une mise en réflexion de l’un de défis majeurs de notre société comme en témoigne la communication suivante: « … impliquer de manière active les nombreux acteurs du projet autour d’un thème d’importance cruciale : Nourrir la Planète, Energie pour la Vie » , dans les faits, l’Expo universelle s’affiche surtout comme un haut lieu d’inventivité architecturale et un laboratoire de solutions techniques et biotechnologiques.

Même si l’Expo peut se targuer de laisser la place à la société civile, avec la présence de plusieurs grosses ONG internationales au même titre que les autres participants (140 pays, 3 organisations internationales et des dizaines d’entreprises), Milan 2015 génère surtout, au sein de la société civile, des déceptions, du mécontentement, voire même de la colère …

En effet, le décalage entre le thème choisi et la façon dont est gérée et organisée Milan 2015 est criant. Si Milan 2015 met bien sur le devant de la scène le défi alimentaire, il ne traite le sujet que partiellement et superficiellement, avec un parti pris pour les innovations et avancées technologiques et ce que les entreprises peuvent apporter comme réponse.

Le message entretient donc un leurre, comme si l’enjeu consistait uniquement à augmenter la production de calories, la consommation de fourmis, ou de pilules énergétiques. La lecture proposée par les organisateurs de l’expo fait l’impasse sur la remise en question de nos modes de consommation, de notre système alimentaire, ainsi que l’urgence à remettre en débat les politiques agricoles et alimentaires. C’est pourtant bien à ces niveaux que toute l’énergie, les discours et les réflexions doivent se concentrer pour nourrir la planète, justement et durablement.

Sur le plan de la cohérence, l’événement est loin des qualificatifs de durabilité ou de solidarité, comme le prétendent pourtant les organisateurs ‘Cet événement unique incarne un nouveau concept d’Exposition Universelle : thématique, durable, technologique et centré sur le visiteur’. Une grande manifestation intitulée «No expo», organisée le jour de l’inauguration visait d’ailleurs à dénoncer le gaspillage d’argent public, le recours à des travailleurs précaires pour des constructions démentielles et inutiles, et autres aberrations de cette fameuse Expo Milan 2015.

En savoir plus?

Retrouvez l’interview de SOS Faim dans le Forum de Midi de la RTBF