Campagne « Tous trompés ! » : le ministre des finances répond à nos revendications

En avril dernier, SOS Faim lançait une campagne visant à revoir la participation de la Belgique à la Banque mondiale. Six mois plus tard, cette campagne gagne du terrain au niveau des décideurs politiques, et nos revendications sont entendues. SOS Faim s’en réjouit !

cover_facebook-bm

La campagne porte ses fruits

Ces dernières semaines ont été décisives pour notre campagne. On enregistre trois grands succès :

  1. juste avant la réunion annuelle du Comité de développement de la BM à Washington début octobre, le ministre des finances belge a remis au Parlement Fédéral le 28 septembre un rapport sur l’engagement de la Belgique à l’occasion de cette rencontre. Ce rapport, comme d’ailleurs mentionné dans son introduction a clairement « pour objet d’améliorer la transparence relative à la politique belge envers le groupe de la BM. » Cette initiative correspond exactement à une des revendications de la campagne de SOS Faim.
  2. il y a aura le 25 octobre prochain, au Parlement fédéral (Commission Relations extérieures), une audition de Franciscus Godts, un des 25 administrateurs de la BM qui représente la Belgique et 9 autres pays européens membres de la BM. Il s’agit là d’une autre des revendications portées par SOS Faim visant à assurer une plus grande transparence dans la participation de la Belgique à cette méga institution de développement.
  3. ce vendredi 7 octobre, le ministère des affaires étrangères a envoyé un communiqué de presse pour informer que désormais le ministre des finances et le ministre de la coopération seraient ‘main dans la main à la Banque Mondiale’. Pour Johan Van Overtveld, ‘cette tutelle partagée est une étape logique’. Pour Alexander De Croo ‘ Il importe donc que notre expertise et notre savoir-faire belges puissent davantage s’exprimer à la Banque mondiale. Cela sera désormais possible avec cette compétence partagée. ‘ SOS Faim revendiquait un transfert de compétences du Ministre des Finances vers le Ministre de la Coopération, cette tutelle partagée est un engagement dans la bonne direction.

Le combat continue !

Mais la campagne doit continuer ! Pour commencer, il faut multiplier, institutionnaliser et formaliser ces rapports et ces auditions qui sont une occasion unique pour nos élus de questionner et comprendre les stratégies de la BM et le rôle que la Belgique peut y jouer. Enfin, au-delà de cette transparence qui est une condition incontournable pour SOS Faim et ses partenaires, il faut aussi plus de cohérence entre les stratégies de la BM et les stratégies de coopération belge. Cela passe par une implication plus forte de la coopération au développement dans la représentation de la Belgique au sein de l’institution (partiellement réalisé par la compétence partagée). Cela requiert aussi une démarche plus engagée de la Belgique en faveur de l’agriculture familiale au sein de l’institution, comme elle s’y est engagée dans sa stratégie nationale alors que jusqu’ici c’est davantage l’agrobusiness que la Banque Mondiale promeut.

On a encore besoin de vos signatures et celles de vos proches, pour avancer sur ces revendications. Signez la campagne et transférez-la à vos proches.

Pour que nos voix soient entendues et que de réels changements s’opèrent, nous avons besoin de vos signatures  !

bouton-campagne-signe2

En savoir plus

Article publié dans : News