Du café aux spores, il n’y a qu’un pas : PermaFungi

Du café aux spores, il n’y a qu’un pas : PermaFungi

Un café = des spores ? L’équation s’avère exacte ! C’est ce qui a poussé l’équipe de PermaFungi à monter son projet de champignonnière urbaine à Bruxelles. Le principe ? Récupérer du marc de café et faire pousser des champignons dessus !

La spécificité de ce projet agricole urbain est de valoriser un produit en fin de vie : le marc de café. On y fait d’abord pousser des pleurotes, puis on s’en sert comme engrais. En faisant d’un déchet une matière première, PermaFungi, devenu une entreprise sociale, est un bon exemple d’économie circulaire.

L’économie circulaire se base sur un constat: la terre n’est plus capable de générer des ressources ou d’absorber des déchets de façon illimitée. Le concept s’inspire du fonctionnement des écosystèmes naturels, dans lesquels rien ne se perd, rien ne se crée. En réutilisant et en relocalisant, on diminue les prélèvements et les déchets et on économise sur les flux de matière et d’énergie.

L’entreprise s’est ainsi fixé pour objectifs de :

  • créer de l’emploi local,
  • former du personnel peu qualifié,
  • réduire au maximum le transport,
  • sensibiliser aux alternatives en matière de production.

Les activités sont centrées sur la production de champignons, qu’on peut trouver dans différents points de vente à Bruxelles. L’équipe développe aussi des kits pour ceux qui veulent voir pousser leurs pleurotes à la maison.

Enfin, les curieux pourront aller visiter la champignonnière, basée sur le site de Tour et Taxis.

Toutes les infos sont en ligne sur www.permafungi.be.

Marie Le Boniec, bénévole

En savoir plus sur l’agriculture urbaine?

Lire le Dajaloo : Agriculture urbaine, quand la ville devient terroir …

Article publié dans : News