Mali : une place de plus en plus importante pour les femmes

Mali : une place de plus en plus importante pour les femmes

Les femmes sont les premières productrices mondiales et pourtant, elles sont également les premières victimes de la faim. En effet, environ 60% des personnes qui souffrent de la faim dans le monde sont des femmes et des filles vivant dans les zones rurales des pays du Sud. Le Mali n’échappe pas à cette triste réalité où les femmes sont souvent les laissées pour compte de l’agriculture.

C’est pour cette raison que le SEXAGON (Syndicat des Exploitants Agricoles de l’Office du Niger) a voulu renforcer son approche genre tant dans ses pratiques que dans sa culture et a fait appel à Oxfam Belgique et SOS Faim. L’année 2015 a donc vu éclore une collaboration entre ces deux ONG.

SOS Faim et Oxfam Belgique collaborent

Les deux ONG belges ont mis en place un processus d’accompagnement intensif pour le renforcement en genre du SEXAGON qui a débuté en 2015 et se poursuivra en 2016. Cette collaboration a déjà commencé à porter ses fruits. 12  ateliers sur le genre ont été organisés, ce qui a abouti à la nomination d’une équipe « changement » au sein du SEXAGON. Cette équipe a défini un plan d’actions axé sur les transformations des relations de pouvoir et le genre dans l’organisation.

20 femmes à des postes clefs

Désormais, 20 femmes occupent des postes clefs dans les comités de base de la nouvelle section syndicale du SEXAGON à Macina et 9 femmes ont été élues au bureau de cette section.

Le SEXAGON a également accompagné 20 comités de femmes regroupant 642 membres dans leur institutionnalisation en coopératives et dans la diversification de leur production.

Article publié dans : News