NON à l’Accord de partenariat économique UE – Afrique de l’Ouest

NON à l’Accord de partenariat économique UE – Afrique de l’Ouest

Position du ROPPA sur la signature des APE

Les quinze pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Mauritanie ont approuvé définitivement le 10 juillet 2014, au cours de la 45ème session ordinaire de la conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la communauté ouest-africaine tenue à Accra, la signature de l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union Européenne (UE). Cette décision fait de la CEDEAO, la première région africaine à avoir signé un tel accord commercial avec l’UE. Cet accord est conclu à un moment décisif pour l’Afrique de l’Ouest qui est la première région de croissance dans le monde et dont les échanges avec l’Europe sont décroissants (d’environ 40% en 2007 à environ 20% en 2013) et cette tendance baissière continuera dans les années à venir. Dans cette région du monde, la construction de l’intégration régionale produira un gain de productivité, une hausse des exportations et une croissance économique sans précédent qu’aucun accord ne peut contribuer à créer. Ce qui est en cause, c’est la destruction programmée des efforts d’intégration régionale qui sera consacrée par les APE grâce à un effet massif de détournement du commerce régional vers l’Europe à travers entre autre, la forte subvention des produits agricoles déversés sur les marchés d’Afrique de l’Ouest dans le cadre du plus grand dumping de notre histoire. C’est notre espérance à un monde meilleur qui est menacée. Malheureusement, notre région a commis l’erreur historique la plus grave de son existence en signant un accord qui n’est ni bénéfique pour elle à court, moyen et long terme, ni bénéfique pour l’Europe sur le long terme. Mais alors, pourquoi la signature d’un accord qui est contraire aux exigences de la région d’obtenir un accord porteur de développement?

Un accord politique rentable a très court terme et pénalisant pour le developpement des deux régions

L’Afrique de l’Ouest et l’Union Européenne ont mis en place une task force conjointe pour évaluer l’impact des APE. Cette task force a recruté des universitaires mondialement réputés pour évaluer l’impact des accords commerciaux. De son côté l’Afrique de l’Ouest a mobilisé ses universitaires pour accompagner cet exercice. Au bout du compte, les conclusions de l’étude sont sans équivoques. Contrairement à l’impact attendu par les Européens qui n’ont cessé de présenter les APE comme un outil favorable à l’intégration économique, à la croissance et aux investissements, les résultats sont aux antipodes des attentes. Les résultats montrent que les APE seront responsables d’une désintégration en Afrique de l’Ouest en réduisant le commerce intra régional, la croissance économique et les investissements.

Comment alors face à de tels résultats, les Etats d’Afrique de l’Ouest ont accepté de conclure des APE avec l’Europe?

Tous les acteurs d’Afrique de l’Ouest ont compris depuis le début des négociations qu’il ne s’agissait pas d’une négociation pour le développement économique, parce qu’on ne peut pas exercer de telles pressions sur des Etats pour signer un accord qui est favorable à leur propre destin. Tout comme, on n’a pas besoin de se cacher pour parapher des accords qui ont des conséquences supposées positives pour les populations. Pour mieux comprendre cet argumentaire, on peut revisiter un à un les arguments favoris des négociateurs des deux parties à savoir : les APE sont favorables à la croissance, les APE sont favorables aux investissements et les APE sont porteurs de développement. Ce ne sont que des rumeurs… Télécharger la suite de la position du ROPPA. Lire l’article « Accord catastrophique entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest – Appel de la société civile pour que le Parlement européen ne ratifie pas cet accord ».

Article publié dans : News