Nouvelle Alliance : le Parlement Européen exige plus de soutien à l’agriculture familiale

Nouvelle Alliance : le Parlement Européen exige plus de soutien à l’agriculture familiale

Les parlementaires européens ont rappelé à l’ordre la Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition (NASAN) dont le programme favorise fortement l’agriculture intensive au détriment de l’agriculture familiale. Ils ont adopté ce 7 juin une résolution invitant l’Union Européenne à revoir sa participation à la Nouvelle Alliance si celle-ci ne change pas de cap.

Voilà plusieurs mois que SOS Faim et d’autres ONG partenaires appellent l’Union Européenne à revoir son soutien à la Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition (NASAN). Notre combat porte ses fruits puisque le Parlement Européen a adopté ce lundi 7 juin un rapport dans lequel il condamne son soutien à l’agriculture intensive.

La rapporteuse allemande, Maria Heubuch (Verts), a d’ailleurs tenu un discours très clair : « Nous avons déjà fait cette erreur de l’agriculture intensive en Europe, nous ne devrions pas la reproduire en Afrique, car ce modèle détruit l’agriculture familiale et réduit la biodiversité ».

Lancée en 2012 par le G7 et partiellement financée par l’Union Européenne, la NASAN est présentée comme une initiative de développement agricole ayant pour but de sortir 50 millions de personnes de la pauvreté grâce à l’investissement du secteur privé dans l’agriculture intensive en Afrique. Cependant, depuis son lancement, ce programme fait l’objet de vives critiques de la part de nombreux acteurs dénonçant le fait qu’un tel projet bénéficiera principalement aux multinationales de l’agroalimentaire.

Le 14 mars dernier, SOS Faim et d’autres organisations de la société civile se réunissaient aux abords du Parlement Européen dans le but d’appeler l’UE à lui retirer son soutien. Le rapport adopté ce 7 juin reprend largement nos revendications. Il dénonce notamment le risque d’accaparement de terres, l’utilisation d’OGM, la privatisation des semences, etc.

De manière plus générale, on peut y lire :« Il est frappant de constater que les petits exploitants ont à peine été consultés dans le contexte de l’élaboration des cadres de coopération alors mêmes qu’ils sont censés être les bénéficiaires ultimes de la NASAN. (…) Elle risque de favoriser l’accaparement de terres, de marginaliser davantage encore les petits agriculteurs et les femmes et de soutenir l’agriculture non durable. L’Union et les États membres ont un rôle déterminant à jouer dans la transformation de la NASAN en un véritable dispositif d’appui à l’agriculture familiale et aux économies locales en Afrique subsaharienne en vue de lutter contre la pauvreté ainsi que l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. »

Maria Heubuch a d’ailleurs été très claire : « Si la Nouvelle alliance ne remédie pas aux problèmes graves que nous observons, l’UE devra retirer son soutien à cette initiative. »

Voilà donc une très belle victoire pour tous les défenseurs et acteurs de l’agriculture familiale !

En savoir plus 

Article publié dans : News