Stop à la spéculation sur les l’alimentation : les ONG demandent aux parlementaires européens de réagir

Stop à la spéculation sur les l’alimentation : les ONG demandent aux parlementaires européens de réagir

Rappelez vous notre campagne On ne joue pas avec la nourriture, dont l’objectif était d’une part de demander aux banques de cesser de proposer des produits financiers spéculant sur les matières premières agricoles, mais aussi d’obtenir une législation européenne et belge visant à stopper cette spéculation en Belgique et en Europe.

Après de longues négociations autour de la révision de MIFID (Directive sur les marchés d’instruments financiers (Directive 2004/39/C), le Parlement Européen avait, en avril 2014, adopté le principe des limites de positions ;  un des succès de la réforme MIFID, selon les parlementaires en charge du dossier. Une fois ce principe admis au niveau européen, il fallait encore fixer ces limites de position pour qu’elles permettent réellement de freiner la spéculation sur les matières premières agricoles. Cela devait se faire sur la base d’un mandat de la Commission européenne à l’autorité européenne de contrôle des marchés financiers, « l’ESMA ».  Après une année de négociations et de tergiversations, le texte aujourd’hui proposé par l’ESMA est tout à fait insatisfaisant. Il vide de sa substance le principe de limites de position, en fixant les seuils trop haut, et en formulant des exceptions trop larges …

La société civile s’indigne, elle interpelle les parlementaires européens en charge du dossier pour qu’ils adoptent une résolution afin de bloquer la réglementation telle qu’elle est proposée par l’ESMA aujourd’hui.

Article publié dans : News