TTIP/CETA : les semaines à venir sont déterminantes

TTIP/CETA : les semaines à venir sont déterminantes

Malgré de belles avancées, les traités transatlantiques ne sont pas encore enterrés. Les gouvernements européens pourraient même décider la signature du CETA le 22 septembre prochain. Et nous sommes bien décidés à ne pas les laisser faire ! SOS Faim participera à la grande manifestation du 20 septembre à Bruxelles. Et vous ?

Une mobilisation qui porte ses fruits

Depuis près de 3 ans, les citoyens se mobilisent contre le TTIP et le CETA. Ces grands accords transatlantiques qui se négocient entre l’Amérique du Nord et l’Europe en vue de créer un espace économique libéré de tous droits de douane mais aussi de barrière non tarifaires…

Le dynamisme et l’engagement des citoyens ont déjà eu un réel impact : ils ont permis d’informer et d’alerter le grand public sur la menace que représentent ces traités sur nos droits, notre santé, notre environnement et notre démocratie, alors qu’aucun débat public sur ces négociations n’était à l’ordre du jour. Au fil d’importantes mobilisations, certains gouvernements des États membres de l’Union Européenne reculent tout doucement, comme la France et l’Allemagne qui ont exprimé leurs inquiétudes sur les conséquences du TTIP et disent enfin « non » aux négociations telles qu’elles se déroulent actuellement. Diversion ou prudence requise avant les échéances électorales, il faut se méfier de ces déclarations… Et ne surtout pas relâcher la pression.

ttip-page

Une menace toujours bien réelle

À côté du TTIP (UE-USA), il reste son « petit frère » le CETA (UE-Canada) qui est tout aussi dangereux et présente les mêmes menaces.

Interrogée sur les conséquences du CETA sur l’agriculture, la Commission européenne déclare que « l’ouverture des marchés peut permettre de maintenir des prix bas et d’offrir plus de choix aux consommateurs. ». En réalité, cette ultra-libéralisation vise à mettre en concurrence les agriculteurs des deux cotés de l’Atlantique. Une concurrence à laquelle les exploitants familiaux ne survivront pas. Le prétexte de la création d’emplois ne tient pas lorsqu’elle s’oriente vers une agro-industrie connue pour ses emplois précaires. Ces accords de libre-échange répondent une fois de plus aux logiques des géants de l’agro-industrie qui n’ont d’autres intérêts que le profit, au détriment des petites exploitations familiales qui génèrent de l’emploi et font vivre les populations locales.

Tous dans la rue le 20 septembre !

L’avenir du CETA sera à l’ordre du jour du Conseil de l’Union Européenne ce 22 septembre 2016. La société civile belge a déjà pressé la Belgique de ne pas signer cet accord, et nous serons présents le 20 septembre pour montrer une fois de plus notre détermination à ne pas laisser les lobbyings du commerce et de l’industrie s’imposer !

Les précédentes mobilisations ont permis de faire bouger les choses, restons mobilisés, plus que jamais, c’est le moment de faire échouer les négociations de ces traités anti-démocratiques !

 

En savoir plus

Article publié dans : News