Vous avez été touchés par le film « Demain » ? Vous pouvez aussi changer les choses !

Vous avez été touchés par le film « Demain » ? Vous pouvez aussi changer les choses !

Depuis sa sortie en Belgique, le film « Demain » de Cyril Dion semble éveiller les consciences dans les salles de cinéma. Imaginé à partir d’une étude qui annonçait la fin du monde en 2100, ce documentaire essaye de redonner un peu d’espoir là où le monde semblait déjà perdu.

Dans leur petit tour du monde, Cyril Dion et Mélanie Laurent, coréalisatrice, vont à la rencontre de ces hommes et de ces femmes qui ont décidé de prendre notre avenir en main en changeant leur façon de vivre, et notamment en réinventant l’agriculture. Ils nous rappellent ainsi que oui, à notre petit niveau, on peut réécrire le futur.

L’agriculture, pilier du changement

À SOS Faim, on a compris depuis longtemps l’importance de soutenir l’agriculture familiale, seule garantie d’une alimentation durable, d’un respect de l’environnement et vraie arme contre la pauvreté. Nous avions d’ailleurs consacré un numéro de « Défis Sud » aux alternatives agricoles positives. Si nos actions se concentrent principalement dans les pays du Sud, on peut aussi agir au quotidien chez nous en adoptant des gestes simples, mais dont l’impact sera bénéfique à bien des niveaux. Alors, si vous aussi vous êtes sortis de ce film avec l’envie de vous bouger, voici quelques idées faciles à mettre en pratique, mais qui pourront aider à créer un meilleur demain !

Manger local et de saison

legumesC’est un des réflexes les plus faciles à adopter et un des plus importants. Et pourtant, peu d’entre nous connaissent encore la vraie saison des tomates, des fraises, des haricots verts, etc. vu qu’on en trouve quasi toute l’année dans nos supermarchés. Bannir les courgettes en hiver et les pommes de Nouvelle-Zélande, c’est pourtant soutenir l’économie locale, mais aussi faire un beau geste pour la planète.

Importer les fruits et légumes n’est pas sans conséquence sur l’écologie, tout comme le fait de cultiver chez nous des légumes hors saison comme c’est par exemple le cas pour les tomates en serre. Tout ceci a bien évidemment un coût qui se fait ressentir directement sur votre portefeuille. Alors pour vous aider à mieux consommer, voici un petit calendrier des produits au fil des saisons à accrocher sur votre frigo!

Manger bio

Manger bio c’est un gage de qualité du produit, mais surtout la garantie du respect des terres agricoles. Exit les engrais chimiques et autres pesticides. Avec l’agriculture biologique, le sol est fertilisé de manière naturelle. Et qui dit un sol sain, dit un produit sain dans vos assiettes. Le bio c’est donc bon pour votre santé, mais aussi pour l’environnement.

Comme le rappelle le site du film « Demain », « L’agriculture industrielle est responsable d’une majeure partie de la destruction écologique sur la planète, de la disparition de milliers d’espèces et de millions de paysans. Elle participe à l’épuisement des ressources en eau et contribue largement au réchauffement climatique. » Alors si vous cherchez de bonnes adresses bio près de chez vous, voici quelques sites pour vous aider :

www.bioforum.be
> www.bioguide.be

Se fournir directement chez les producteurs

producteurManger bio c’est bien, se fournir directement chez le producteur, c’est mieux ! Au-delà de l’importance de connaître précisément l’origine de ce qu’on mange, ce contact privilégié permet de se rendre compte du travail que demande une alimentation saine et de soutenir ainsi ces personnes qui ont décidé de se mesurer à la toute-puissance de l’industrie agroalimentaire.

« Quelques multinationales de l’agro-alimentaire contrôlent désormais une majeure partie des semences, tandis que les géants de la grandes distribution contrôlent une bonne partie de la production, de la distribution et des prix de la nourriture. La capacité de nous nourrir par nous-mêmes est mise en danger. », peut-on lire sur le site du film.

Pour trouver les producteurs près de chez vous, on vous conseille le site lecliclocal.be. Vous pouvez également vous renseigner sur la présence dans votre région de marchés bio ou de groupes d’achats en commun, notamment via les paniers.

Faire son propre potager

Voilà qui nous donnerait presque envie de créer son propre potager ! Et pourquoi pas ? Il ne faut pas un immense jardin pour faire pousser quelques légumes. Que vous soyez à la campagne, en ville, en appartement, etc., il existe des tonnes de solution pour faire pousser soi-même tomates, salades, pommes-de-terre et autres produits.

potagerEn ville, on voit d’ailleurs exploser les initiatives autour de l’agriculture urbaine. C’était d’ailleurs un des thèmes proposés dans notre dernier numéro du Dajaloo. Et Bruxelles n’est pas en reste avec notamment l’ASBL « Le Début des haricots », qui soutient un modèle d’agriculture paysanne durable et sensibilise les Bruxellois à consommer des produits locaux respectueux de l’environnement. Si ce projet vous intéresse, on vous propose d’en découvrir plus sur notre site

Si vous voulez créer un potager dans votre jardin, voici quelques sites qui vous aideront à démarrer:
– Tousaupotager.fr
Créer son potager bio

Et pour ceux qui seraient plus intéressés par transformer leur balcon en potager, le site www.potager-de-balcon.com propose de nombreuses fiches pratiques.

Manger moins de viande

viande2Alors que près d’un milliard de personnes souffrent de la famine, plus d’un tiers des récoltes céréalières dans le monde est détourné pour le seul usage des animaux destinés à la consommation. Il s’agit d’un vrai pillage de cultures organisé et d’un gaspillage insensé qui pénalise lourdement les pays du Tiers-Monde. Par exemple, pour fabriquer 1 kg de bœuf, on aura besoin de 7 à 10 kilos de céréales et de 15 500 litres d’eau.

Outre le fait que manger trop de viande contribue à la famine, c’est également un scandale écologique. À lui seul, l’élevage est responsable de la plus importante émission de gaz à effet de serre dans le monde. Il précipite le réchauffement climatique et pollue davantage que tous les modes de transport réunis. Pour nourrir ces bêtes destinées à être abattues, « des millions d’hectares de forêts sont rasés pour faire pousser du soja et du maïs qui épuisent et polluent les sols à cause des pesticides », comme le rappelle le documentaire de Cyril Dion.

Envie d’aller plus loin ? Le site du film « Demain » donne d’autres idées pour s’engager pour un meilleur avenir. Et si vous êtes, vous-même, à l’origine d’une belle initiative, n’hésitez pas à nous la communiquer !

Et puis si vous voulez vous impliquer dans des actions concrètes, vous pouvez également soutenir les projets de SOS Faim,  devenir bénévole pour l’ONG ou encore participer à notre grand événement Hunger Race.

 

En recherche d’autres alternatives?

Dajaloo n°31 : Engagez-vous !

Défis Sud n°125 : Se nourrir demain – les alternatives agricoles positives

 

Article publié dans : News