SOS Faim
Faire un don

Une seule saison de pluie pour se nourrir toute l’année

Le Burkina Faso ne bénéficie que d’une seule saison de pluie de mai à septembre, ce qui ne permet qu’une seule récolte par an. Ce n’est pas suffisant pour assurer la sécurité alimentaire de la population. En effet, plus des deux tiers des Burkinabés du Centre-Nord vivent sous le seuil de pauvreté et la malnutrition reste une question prioritaire.

UNE SOLUTION : LE MARAÎCHAGE IRRIGUE

APIL a pour mission d’équiper les périmètres maraîchers de matériel moderne d’irrigation. Elle intervient dans 5 communes réparties sur 2 régions:

  • Loumbila et Zitenga (Plateau Central)
  • Kaya, Pissila et Boussouma (Centre-Nord)

Les producteurs sont organisés en groupements, dont le rôle principal est la gestion des équipements collectifs (motopompes).  Les groupements sont eux-mêmes fédérés en 5 unions, qui organisent notamment la vente groupée des productions.

En parallèle au maraîchage irrigué, APIL soutient également la production vivrière notamment à travers l’aménagement de dispositifs anti-érosifs dans les champs de culture pluviale (cordons pierreux, etc.). Soucieux de promouvoir un véritable développement durable, APIL encourage les producteurs à adopter des méthodes agroécologiques.  APIL promeut également la participation des jeunes et des femmes à travers diverses activités :

  • Ateliers de sensibilisation ;
  • Formations sur la prise de parole en public, etc.

APIL ET SOS FAIM

Le partenariat entre APIL et SOS Faim a commencé en 2008. Il enregistre des résultats très encourageants :

- En 2017, la production maraîchère (principalement des tomates et des oignons) était estimée à plus de 2000 tonnes, dont une moitié environ a été écoulée par des ventes groupées.
- De même, en octobre 2017, 3 sites de production ont obtenu le label « bio SPG ». Cela permet aux producteurs d’obtenir des prix plus élevés pour leurs produits. Ce label permet également d’ancrer dans la durée la pratique de méthodes agroécologiques.

Quelles perspectives ?

La mise en marché des productions reste l’étape la plus difficile à réussir, surtout lorsqu’il s’agit de vendre des produits périssables (tomate, oignons) au moment où ceux-ci sont abondants sur les marchés.  C’est pourquoi APIL et les unions de maraîchers s’investissent actuellement dans la construction de hangars de stockage ventilés pour les oignons. APIL souhaite aussi mettre en place une unité de transformation de la tomate.  Ces projets devraient contribuer à améliorer les revenus des paysans tirés de la production maraîchère.