SOS Faim
drapeau luxembourg Faire un don

Une seule saison pour se nourrir toute l'année

Le Burkina Faso ne bénéficie que d’une seule saison de pluie de mai à septembre, ce qui ne permet qu’une seule récolte par an. Ce n’est pas suffisant pour assurer la sécurité alimentaire de la population. En effet, plus des deux tiers des Burkinabè du Centre-Nord vivent sous le seuil de pauvreté et la malnutrition reste une question prioritaire.

Une solution : le maraîchage irrigué

APIL a pour mission d’équiper les périmètres maraîchers de matériel moderne d’irrigation. Elle intervient dans 5 communes réparties sur 2 régions :

  • Plateau Central : Loumbila et Zitenga
  • Centre-Nord : Kaya, Pissila et Boussouma

Les producteurs sont organisés en groupements, dont le rôle principal est de gérer les équipements collectifs (motopompes). Les groupements sont eux-mêmes fédérés en 5 unions, qui organisent notamment la vente groupée des productions.

En parallèle au maraîchage irrigué, APIL soutient également la production vivrière notamment à travers l’aménagement de dispositifs antiérosifs dans les champs de culture pluviale (cordons pierreux, etc.). Soucieux de promouvoir un véritable développement durable, APIL encourage les producteurs à adopter des méthodes agroécologiques.

APIL promeut également la participation des jeunes et des femmes à travers diverses activités :

  • Ateliers de sensibilisation
  • Formations sur la prise de parole en public

APIL & SOS FAIM

Depuis 2008, le partenariat entre APIL et SOS Faim enregistre des résultats très encourageants :
- Les superficies irriguées et les productions maraîchères (principalement des oignons et des tomates) augmentent chaque année
- Trois sites de production bénéficient du label « bio SPG », permettant aux producteurs d’obtenir des prix plus élevés pour leurs produits, tout en travaillant dans un environnement plus sain
- La commercialisation groupée se développe : plus de 3.000 producteurs bénéficient ainsi de revenus complémentaires, offrant de meilleures conditions de vie à leurs familles
- Deux centres agroécologiques sont animés pour renforcer les capacités des jeunes et des femmes dans leurs activités agricoles, d’élevage, d’apiculture

Quelles perspectives ?

Les perspectives sont encourageantes :

  • Chaque année de nouvelles superficies sont aménagées et de nouveaux producteurs (environ 125 par an) sont intégrés dans le projet
  • Deux hangars récemment construits doivent permettre aux maraîchers de stocker des oignons pendant quelques mois, de manière à les mettre sur le marché au moment où les prix sont plus favorables
  • Un projet de transformation artisanale de tomates est également à l’étude
  • Dans les grandes villes, la demande pour des légumes sains est en croissance
  • Les producteurs sont de mieux en mieux organisés : les responsables commerciaux des unions participent à des foires et utilisent les réseaux sociaux pour communiquer avec les acheteurs

Pour en savoir plus, visitez le site de APIL

APIL face à une crise humanitaire

Les années 2018 et 2019 ont été marquées par des attentats dans les villages et les commerces, provoquant le déplacement de milliers de personnes. Ces déplacements de populations compliquent le travail de APIL dans les zones d’intervention qui accueillent des déplacés des zones les plus troublées.
Cependant, notre partenaire cherche à amplifier ses activités pour répondre à ces nouveaux défis.