SOS Faim
Faire un don

Microfinance, un moyen de sortir de la pauvreté ?

L’Ethiopie est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique classé 173ième en terme d’indicateur de développement humain. Depuis 1996, une loi régit le secteur de la microfinance en plein développement. L’Ethiopie considère que l’accès à la microfinance est un des leviers essentiels dans la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des objectifs du millénaire.

BUUSAA GONOFAA

BUUSAA GONOFAA est une institution de microfinance créée en 1999 par HUNDEE (ONG éthiopienne) en vue de gérer et développer les programmes de crédit de cette même ONG. Elle exerce ses activités dans la région OROMO du pays. BG propose des services financiers flexibles, efficients et durables aux populations rurales et péri-urbaines pauvres. Elle cible particulièrement les femmes, les petits paysans et les jeunes sans terre. BG a pour activités principales l’octroi des crédits et la collecte de l’épargne. 65% des crédits sont orientés vers l’agriculture et le reste concerne des petites activités commerciales ou de service.

BUUSAA GONOFAA ET SOS FAIM

Partenaire de BG depuis 2003, SOS Faim a renforcé les capacités et la professionnalisation de l’équipe visant ainsi l’amélioration des services de l’institution envers ses bénéficiaires. Plus précisément, pour la période 2017-2021, le partenariat se concentre sur :
• L’accroissement de la portée des actions dans les milieux ruraux reculés via la mise en place de nouvelles caisses rurales d’épargne et crédit,
• L’appui à l’utilisation des nouvelles technologies (branchless banking) pour faciliter les opérations en milieu rural,
• Le développement de nouveaux produits et services financiers adaptés aux besoins spécifiques de l’agriculture (élaboration d’une stratégie de financement agricole),
• Le renforcement des connaissances de l’équipe : formations, visites de terrain d’autres IMF, ateliers d’échange d’expérience etc.

Des résultats encourageants

Fin 2017, Buusaa Gonofaa comptait :

  • 110.000 clients (bénéficiaires de services de crédit et/ou épargne),
  • des encours de crédits de 10,5 millions €,
  • des encours d’épargne de 4,3 millions €,
  • 64% de femmes parmi les clients.

QUELLES PERSPECTIVES ?

Les objectifs à atteindre d’ici 2021 sont les suivants :

  • la mise en place de 25 nouvelles caisses rurales d’épargnes crédit,
  • 21 450 membres pour ces caisses (dont 20% de femmes),
  • atteindre 101 300 emprunteurs ruraux recevant des services financiers (65% de femmes).