SOS Faim
Faire un don

Les zones rurales insuffisamment soutenues par les institutions financières

Comme dans la plupart des pays andins, les services financiers sont concentrés, en Equateur, au sein des centres urbains et périurbains. Peu d’institutions financières offrent des services financiers adaptés aux populations rurales.

Dans ce contexte, les coopératives d’épargne-crédit rurales constituent une des formes d’institution les plus efficaces et les mieux appropriées par les populations locales. Elles fonctionnent comme des acteurs de l’économie sociale, se basant sur les valeurs de solidarité, de transparence et de gestion démocratique. Elles ont un fort ancrage local et, au-delà des services financiers rendus, ont également une fonction sociale importante au sein de leur communauté afin de contribuer au développement local.

CAAP AU SUD

Créée en 2012, la CAAP (Coopérative d’épargne et crédit Alternative d’Action Populaire) résulte d’une volonté d’une dizaine de coopératives d’épargne et crédit rurales de se structurer en une organisation de second niveau, pour leur assurer un développement optimal.

La mission de la CAAP consiste à renforcer ses coopératives membres afin qu’elles puissent offrir des services financiers de qualité et ce de manière pérenne aux populations rurales. Le renforcement de ses coopératives de base se fait à deux niveaux :

  • non-financier : organisation de formations et d’assistance technique in situ, notamment en gestion financière, produits d’épargne et de crédit, contrôle interne et qui s’adressent aux équipes et aux élus.
  • financier : la CAAP offre un refinancement (crédit) à ses membres pour qu’ils puissent augmenter leur fonds de (micro)crédits.

LA CAAP ET SOS FAIM

Le partenariat officiel entre la CAAP et SOS FAIM a débuté en 2014 mais SOS Faim a appuyé, auparavant, plusieurs des coopératives membres, qui ont ensuite décidé de se constituer en réseau.

Depuis 2017, SOS Faim finance une équipe de deux experts agronomes au sein de la CAAP, pour accompagner plusieurs coopératives dans un programme d’appui à la production durable.
Cet accompagnement vise à améliorer l’alimentation des familles et les revenus des agriculteurs par l’introduction de pratiques agroécologiques. Cette activité permet aussi de mieux connaître leurs besoins spécifiques en matière de financements.

SOS Faim finance également l'appui d'un expert pour renforcer les coopératives au niveau administratif et financier et se conformer à la réglementation équatorienne (manuels de procédure, gestion des risques, gestion financière, etc.).

Des résultats encourageants

Ces dernières années, les coopératives membres de la CAAP se sont significativement consolidées et se sont professionnalisées, afin d’améliorer la portée de leurs services de manière durable.

Depuis 2016, l’en-cours des crédits pour l’ensemble des 14 coopératives membres a augmenté de 23% et les volumes d’épargne de 8%.

Par ailleurs, les débuts de l’appui à la production agroécologique par les deux agronomes suscitent beaucoup d’engouement aussi bien au sein des coopératives que des groupes de producteurs. Les femmes en sont les principales bénéficiaires et se l’approprient avec comme principal objectif d’améliorer l’alimentation de leur famille.

QUELLES PERSPECTIVES ?

A l’horizon 2021, il est prévu qu’au moins 350 producteurs soient formés par les experts agronomes en techniques de production agroécologique, en majorité des femmes, tout en renforçant les capacités des coopératives à les accompagner. SOS Faim s’attachera, avec la CAAP, à tirer des enseignements de ce programme et envisager ainsi des changements d’échelle.

Par ailleurs, dans un contexte où la réglementation équatorienne est de plus en plus stricte sur les coopératives d’épargne et de crédit, la CAAP va devoir poursuivre l’accompagnement de ses membres vers toujours plus de professionnalisation, sans pour autant compromettre leur fonction sociale en tant qu’acteur de l’économie solidaire.

Enfin, il est prévu l’incorporation de davantage de coopératives rurales dans la CAAP, afin d’étendre la portée des appuis octroyés.