SOS Faim
Faire un don

Le café et le cacao, deux filières-clés au Pérou

Au Pérou, on compte plus de 225 000 producteurs de café et plus de 105 000 producteurs de cacao. Ils travaillent essentiellement sur des surfaces limitées (moins de 10 hectares).

Les producteurs s’associent souvent en coopératives pour écouler leur production. Certaines de ces coopératives ont décidé de se doter d’une unité d’appui pour résoudre des problèmes communs rencontrés. C’est ainsi qu’est née la Centrale Café et Cacao du Pérou.

LA CENTRALE CAFÉ ET CACAO EN BREF

La Centrale Café et Cacao du Pérou a été créée en 2003. Elle regroupe 13 coopératives de petits producteurs, ce qui représente plus de 10 000 affiliés, originaires du centre et du sud du pays.

Elle a pour objectif principal d’améliorer le niveau de vie et de revenus des producteurs membres grâce à :

  • une offre diversifiée de formation (école de leader, gestion, goûteur de café, etc.),
  • une assistance technique pour assurer la transition vers l’agriculture biologique des parcelles,
  • la commercialisation du café de ses membres au travers d’une marque collective,
  • un soutien dans la recherche de financement.

La Centrale Café et Cacao et SOS FAIM

SOS Faim accompagne la Centrale depuis sa création en 2003.

Auparavant, SOS Faim soutenait plusieurs de ses coopératives membres, puis ce soutien a évolué vers cette organisation faîtière, afin d’augmenter la portée et les effets des appuis octroyés.

SOS Faim fournit un soutien global à la Centrale : stratégique, organisationnel et financier, pour l'accompagner vers l'autosuffisance.

Des résultats encourageants

Ces dernières années, le secteur du café au Pérou a été fortement touché par la rouille, un champignon qui attaque les feuilles du caféier et fait mourir le plant. En 2013, 75% de la superficie de production, principalement les variétés traditionnelles, ont été détruits. La Centrale a alors aidé ses membres à se relever de cette crise très importante en les accompagnant vers un choix de nouvelles variétés plus résistantes et avec des hauts profils de qualité.

Par ailleurs, dans un contexte de forte augmentation de la consommation de café et de cacao, la Centrale encourage une consommation d’origine nationale. Au travers de la promotion de sa marque collective de café et l’ouverture de plusieurs cafeterias, elle contribue ainsi à la reconnaissance et la valorisation des petits producteurs locaux.

QUELLES PERSPECTIVES ?

Les besoins pour les petits producteurs de café et de cacao du Pérou restent encore très importants : variétés plus résilientes aux phénomènes climatiques qui affectent le pays, qualité des variétés, accès aux marchés, etc. La Centrale Café et Cacao poursuivra ses appuis dans ce sens dans les prochaines années. L’organisation ambitionne, en outre, d’atteindre l’autosuffisance grâce aux services développés pour ses membres.

Par ailleurs, grâce à l’appui de SOS Faim, la Centrale prévoit d’augmenter la portée de ses services en accompagnant davantage de membres vers une culture durable du café et/ou du cacao.

Les certifications bio et équitable seront poursuivies mais avec, en plus, une recherche de différenciation par la qualité. En effet, le café et le cacao à haut profil de qualité sont valorisés par des prix plus rémunérateurs pour les producteurs, tout en promotionnant leur une origine péruvienne.