SOS Faim
Faire un don

La province d’Esmeraldas, touchée par un climat d’instabilité et par des catastrophes naturelles

La province côtière d’Esmeraldas, au Nord de l’Equateur, est l’une des plus pauvres du pays et connaît l’un des taux de chômage les plus élevés. Son économie est basée sur la pêche, l’agriculture et le tourisme. Gravement affectée par un tremblement de terre en 2016, la région peine à se reconstruire économiquement. Par ailleurs, l’écosystème côtier (mangroves en particulier) est menacé par la pêche à la crevette industrielle. Le territoire est composé de nombreux acteurs hétérogènes, mais ceux-ci sont peu articulés entre eux, limitant les possibilités d’une vision de développement intégral du territoire.

CEFODI EN BREF

CEFODI (Corporation Esmeraldas pour la formation et le développement intégral) est une ONG équatorienne active dans la province d’Esmeraldas.

Créée en 1993, ses principaux axes d’action sont :
– le renforcement du tissu associatif local et l’amélioration des systèmes productifs, avec une logique de chaîne de valeur,
– la gestion durable des ressources naturelles (en particulier l’accès à l’eau potable et à l’assainissement et la gestion des mangroves).

Elle vise ainsi à renforcer les capacités de plusieurs types d’acteurs :

  • groupements de femmes,
  • organisations de pêcheurs et de producteurs de cacao,
  • communautés locales,
  • petits agriculteurs,
  • gouvernements locaux.

Elle travaille également à la concertation de l’ensemble de ces acteurs, privés et publics, dans une logique de développement intégral concerté du territoire.

CEFODI ET SOS FAIM

Le partenariat entre CEFODI et SOS Faim a commencé en 2019.

L’appui de SOS Faim à CEFODI porte sur le renforcement de capacités de plusieurs organisations locales pour les amener vers l’autonomie :
- les organisations de producteurs, tournées vers des filières stratégiques pour le territoire (pêche, cacao, tourisme communautaire, …),
- les groupes communautaires auto-gérés d’épargne et de crédit.

CEFODI appuie également, en particulier, plusieurs organisations de pêcheurs pour une gestion durable des mangroves.

L’appui de SOS Faim vise également à mettre en place des mécanismes de co-gestion et de concertation entre les acteurs publics (tels que les gouvernements locaux) avec les acteurs privés (associations de producteurs, groupements de femmes, communautés locales…), avec une approche de développement territorial.

Quelles perspectives ?

Il est attendu un renforcement des initiatives de producteurs, notamment grâce à un accès amélioré aux marchés de filières porteuses, afin d’améliorer durablement leurs revenus et contribuer à réactiver économiquement la zone suite au tremblement de terre de 2016.

Dans un contexte où les femmes sont davantage marginalisées, l’appui s’attachera à renforcer leurs capacités et à les appuyer prioritairement.

Il sera également porté une attention aux jeunes afin de soutenir leurs initiatives et leur ouvrir des espaces d’expression et d’initiatives citoyennes par la création de comités de jeunes, en concertation avec les gouvernements locaux.

La mise en lien entre les différents acteurs, publics et de la société civile, vise ainsi à élaborer une vision concertée et à mettre en place des processus de gestion intégrale du territoire. SOS Faim s’attachera à mettre en lien et faire partager les expériences de développement territorial appuyées dans d’autres pays avec CEFODI, dans une optique d’inter-apprentissage et de capitalisation.