SOS Faim
Faire un don

Louga, une région fortement touchée par les changements climatiques

La région de Louga (Nord de Dakar) fait partie des zones du pays les plus vulnérables aux changements climatiques avec un climat de plus en plus aride. Pourtant, la région de Louga fut très prospère et joua un rôle clé dans le boom de l’arachide, notamment dans les départements de Louga et Kébémer. Cette situation s’est progressivement dégradée à partir des années 70 à cause de la désertification en cours et de ses incidences écologiques, économiques et sociales.

Aujourd’hui, la pauvreté a augmenté dans la région de Louga à cause du recul des méthodes de production comme l’agrosylvopastoralisme et du manque d’alternatives économiques. Cette situation est encore beaucoup plus grave dans les zones rurales des départements de Louga et de Kébémer où la pauvreté touche respectivement 65,6% des ménages (Kébémer) et 62,4% des ménages (Louga).

LA FAPAL EN BREF

La FAPAL a été créée en 1987 à l’initiative de cinq groupements fondateurs. Elle appartient à la génération des associations paysannes sénégalaises créées dans la période du désengagement de l’État du secteur agricole et de la libéralisation de l’économie. Avec une ambition de couverture régionale, la FAPAL est actuellement représentée dans cinq arrondissements de la région de Louga et huit communautés rurales, ce qui représente près de 3700 membres dont 65% de femmes.

La FAPAL met actuellement en œuvre diverses activités socio-économiques :

  • Equipement des exploitations familiales en matériel agricole,
  • Multiplication de semences paysannes,
  • Commercialisation et boutiques villageoises pour la promotion des produits locaux,
  • Transformation des produits agricoles (arachide, mil, niébé (haricot)),
  • Promotion de l’entrepreneuriat féminin,
  • Encadrement à la gestion de produits de microfinance,
  • Sensibilisation aux changements climatiques, etc.

La FAPAL et SOS Faim

Depuis 1992, SOS Faim appuie la FAPAL via un document d’orientation stratégique qui définit la vision et la mission de la FAPAL envers ses membres. Cet appui se traduit dans un plan d’action répartit en trois axes :
- Développement des activités économiques des exploitations familiales membres,
- Développement de services financiers accessibles et adaptés aux besoins de la population,
- Renforcement du plaidoyer des organisations paysannes de la région de Louga en vue d’orienter les politiques et les programmes agricoles régionaux.

Des résultats encourageants

Grâce aux échanges entre des Organisations Paysannes de Louga et l’Union Financière Mutualiste (UFM, un autre partenaire de SOS Faim au Sénégal), un nouveau produit de warrantage pour le niébé a été mis en place autour de deux hangars de stockage de la FAPAL. Quelques 130 agriculteurs ont en bénéficié. En matière de commercialisation et en lien avec le stockage du niébé, près de 12 000 tonnes de niébé ont été commercialisés.

Les unités économiques de la FAPAL sont davantage suivies : elles contribuent à 16 % des ressources de la FAPAL en 2017 et touchent 1153 personnes. Concernant les autres unités, on peut citer les résultats suivants :

  • L’unité de prestations de services agricoles (notamment battage du mil) a élargi son champ de travail a cinq communes,
  • L’unité de la fabrication et de la vente de matériel agricole (semoirs, houes) a vendu du matériel pour 105 familles.

Enfin, la FAPAL a formé 30 femmes en marketing des produits locaux.

QUELLES PERSPECTIVES ?

La FAPAL souhaite lancer un processus de capitalisation des bonnes pratiques agricoles, notamment sur les questions de fertilité du sol.

La FAPAL a également la volonté d’améliorer l’accès des populations au crédit warrantage avec l’UFM. De plus, au niveau interne, elle souhaite améliorer la transparence et la professionnalisation de ses unités économiques, notamment leur contribution financière à la FAPAL.

Enfin, elle souhaite se positionner comme un acteur de la vie locale (présence aux événements importants au niveau communal, départemental et régional).