SOS Faim
Faire un don

Un potentiel de développement local par l'agriculture au Sénégal

Le PDIF est un programme financé par le GERAD (Groupe d’Etude, de Recherche et d’Aide au Développement) et SOS faim depuis 2005.

Situé à Fatick, une des régions les plus pauvres du Sénégal, le PDIF a travaillé sur plusieurs thématiques pour faire émerger des dynamiques de développement dans plusieurs domaines : filières porteuses, organisations féminines et microfinance locale, décentralisation des communes, etc.

Le PDIF et SOS Faim

Le PDIF est une initiative de SOS Faim et du GERAD. Depuis 2017, l’accent est mis sur le développement de la culture de l’anacarde et de l’élevage des chèvres, mais aussi l’appui aux groupements féminins dans la gestion des fonds de microcrédit et l’accompagnement des dynamiques de développement local dans des communes cibles.

DES RÉSULTATS ENCOURAGEANTS

Le programme a enregistré de bons résultats en 2017 :

  • 750 femmes ont bénéficié du microcrédit de groupe,
  • 54 femmes ont bénéficié de crédit individuel,
  • Un fond de 150 000 euros destiné à financer des projets économiques de plus grande envergure a été mis en place dans trois communes. Un manuel de procédure est en cours d’élaboration.

On note aussi la formation des producteurs d’anacarde à de nouvelles techniques de production, comme l’utilisation de compost pour augmenter les rendements. Une partie d’entre eux a d’ailleurs accédé à des semences certifiées d’arachide et de maïs, pour diversifier leurs cultures et leurs revenus.

QUELLES PERSPECTIVES ?

A l’avenir, une attention particulière doit être portée aux mutuelles de crédit afin d’améliorer leur gouvernance et leurs capacités de gestion.

La mise en place d’une stratégie plus orientée vers le développement de l’élevage des chèvres (notamment le lait) est également attendue, en intégrant les dimensions alimentation, abri, génétique et santé.

Enfin, le programme espère la mise en place d’une gouvernance adaptée pour le fond de développement local.