SOS Faim
Faire un don

La microfinance comme outil pour lutter contre la pauvreté et la faim

L’Ethiopie est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique :

  • 31% de la population vit avec moins de 1,25 dollar par jour,
  • 41% de la population souffre de sous-alimentation,
  • l’Ethiopie est classée 173ième en termes d’indicateur de développement humain.

Depuis 1996, une loi régit le secteur de la microfinance. L’Ethiopie considère que l’accès à la microfinance est un des leviers essentiels dans la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des objectifs du millénaire.

SFPI EN BREF

SFPI (Specialized Financial and Promotional Institution) est une institution de microfinance qui a été créée en 1998 par 4 ONG éthiopiennes, dont l’association nationale des femmes pour le développement. Elle exerce ses activités dans deux régions du pays (AMHARA et OROMO).

L’objectif principal de SFPI est de faciliter l’accès aux services financiers adaptés à des populations pauvres et exclues du système bancaire classique dans ses zones d’intervention. Une importance particulière est accordée à l’accès au crédit pour les femmes et les jeunes. Au fil du temps, SFPI a orienté l’essentiel de son activité vers les populations rurales actives dans l’agriculture et l’élevage (75%). SFPI a pour activités principales d’octroyer des crédits et de collecter de l’épargne.

SFPI ET SOS FAIM

Le partenariat a commencé en 2000. Pour la période 2017-2021, il se concentre sur :
• l’accroissement de la portée des actions dans les milieux ruraux reculés via la mise en place de nouvelles caisses rurales d’épargne et crédit : études de faisabilité, construction, équipements, formation des leaders de la communauté,
• l’appui à l’utilisation des nouvelles technologies (branchless banking, tablettes) pour faciliter les opérations en milieu rural,
• le développement de nouveaux produits et services financiers adaptés aux besoins spécifiques de l’agriculture (élaboration d’une stratégie de financement agricole),
• le renforcement des connaissances de l’équipe : formations, visites de terrain d’autres IMF, ateliers d’échange d’expérience, etc.

Des résultats encourageants

Fin 2017, SFPI comptait :

  • 43 540 clients (bénéficiaires de services de crédit et/ou épargne),
  • des encours de crédits de 6,8 millions €,
  • des encours d’épargne de 3,1 millions €,
  • 54% de femmes parmi les clients.

QUELLES PERSPECTIVES ?

Les objectifs à atteindre d’ici 2021 sont les suivants :

  • 6 nouvelles caisses rurales d’épargne crédit,
  • 3 600 membres pour ces caisses (dont 55% de femmes),
  • 34 400 emprunteurs ruraux recevant des services financiers (60% de femmes).