SOS Faim
Faire un don

L'UJAK en bref

L’Union des Jeunes agriculteurs de Koyli Wirndé (UJAK) a été créée en 1987 à l’initiative de l’association des jeunes de Diatar. Elle est active dans les communes de Guédé village et de Guédé Chantier (département de Podor, Vallée du fleuve Sénégal) et compte près de 4800 membres (dont 2827 femmes) répartis dans 25 Associations Villageoises de Développement (AVD).

L’UJAK est aussi membre de la Fédération des ONG du Sénégal (FONGS) et d’autres réseaux de la Vallée du Fleuve Sénégal (AFUP, PINORD, CIFA, MAV, etc.).

L’UJAK a trois objectifs principaux :

  • Promouvoir une société solidaire, basée sur la cohésion sociale, l’identité paysanne et l’ancrage au terroir,
  • Asseoir une bonne maîtrise des ressources naturelles,
  • Améliorer les conditions de vie des exploitations familiales.

Pour ce faire, elle mène des activités à plusieurs niveaux :

  • L’amélioration des performances des filières agrosylvopastorales et de pêche ainsi que des économies locales,
  • La promotion socio-économique des jeunes et des femmes,
  • La gestion des ressources naturelles et la promotion d’une gouvernance locale durable,
  • Le renforcement des capacités sur les techniques de culture biologique,
  • Le renforcement des dynamiques organisationnelles.

L'UJAK et SOS Faim

SOS Faim soutient l’UJAK depuis 2006. Les activités financées concernent la production végétale et animale, la transformation et la commercialisation du riz. SOS Faim intervient aussi dans le renforcement des capacités.

Des résultats encourageants

L’UJAK a pu mettre en place une diversité d’activités :

  • Dispositif de recensement des besoins et d’approvisionnement en semences de cultures maraîchères,
  • Mise en place d’un appui technique (santé essentiellement) pour le petit élevage domestique avec des relais vaccinateurs villageois,
  • Mise en place d’essai de production fourragère (malafafa et niébé) pour réfléchir aux problèmes d’alimentation du bétail,
  • Séances d’animation et de réflexion dans les villages sur la gestion des ressources naturelles (agroforesterie/reboisement, gestion de l’eau, etc.).

L’UJAK a également financé un système de certification pour la production de semences de riz, destiné à un groupe de semenciers membres.

QUELLES PERSPECTIVES ?

L’UJAK souhaite définir une stratégie d’accompagnement à l’élevage (petits ruminants et bétail) pour augmenter l’intégration entre agriculture et élevage et mieux adapter le modèle aux changements climatiques (difficulté de la transhumance, rareté des pâturages).

Elle souhaite aussi appuyer la stratégie de commercialisation des produits locaux transformés par les femmes.

Enfin, l’UJAK envisage de développer un service de conseil qui intègre davantage les pratiques agroécologiques durables.