SOS Faim
Faire un don

Permettre l’émergence de systèmes alimentaires durables

Alternatives • 1 juin 2019

Nos systèmes alimentaires actuels ne sont pas durables. Ces dernières années, plusieurs études ont démontré les liens entre systèmes alimentaires, réchauffement climatique et impacts négatifs sur la santé. C’est pourquoi aujourd’hui de plus en plus de chercheurs, universitaires et politiques appellent à modifier nos systèmes alimentaires et à les repenser de manière globale.

D’après eux, les politiques liées à l’agriculture, au réchauffement climatique, à la santé ou aux accords commerciaux ne peuvent plus être élaborées de manière cloisonnée sans tenir compte de l’interconnexion entre ces différents domaines. D’autres modèles de production alimentaire tels que l’agroécologie ont démontré leur capacité à nourrir l’humanité et leur potentiel pour lutter contre le réchauffement climatique. Pourtant, aujourd’hui encore, le modèle agro-industriel continue à prévaloir et ce, malgré ses impacts négatifs démontrés sur la santé et l’environnement.

Pour permettre à des systèmes basés sur des pratiques agroécologiques d’émerger il faudrait réformer « l’ensemble du système alimentaire, qui regroupe les différentes politiques sectorielles qui influencent la production, la distribution et la consommation de produits alimentaires » et replacer « la transition vers la durabilité au cœur de toute action » comme le suggère IPES FOOD (Panel International d’Experts sur les systèmes alimentaires durables).

Au niveau de la production, les politiques publiques doivent soutenir les producteurs qui choisissent des modes de production respectueux de l’environnement et exclure les subventions aux exploitations ayant un impact négatif sur l’environnement. Les subventions doivent soutenir les producteurs lors de leur transition vers l’agroécologie ainsi que débloquer les moyens nécessaires à ces pratiques. Concernant la commercialisation, il faut des politiques qui favorisent des circuits courts et qui assurent une rémunération juste aux producteurs.

Pour permettre l’émergence de ces nouveaux systèmes alimentaires, il faut assurer la participation des citoyens et groupements de paysans ou de consommateurs aux discussions concernant les politiques agricoles et alimentaires.  Les chercheurs et universitaires ont également un rôle crucial à jouer dans la recherche sur l’agroécologie car ils fournissent aux décideurs politiques des preuves scientifiques permettant d’éclairer leurs décisions. Il est important qu’ils soient soutenus davantage par les politiques afin de permettre des décisions politiques cohérentes.

On le voit, les réformes pour développer des systèmes alimentaires durables basés sur les pratiques agroécologiques sont nombreuses, complexes et nécessitent une réelle volonté politique. Le processus actuel de renégociation de la Politique Agricole Commune au niveau européen représente une réelle opportunité pour nos décideurs d’entamer la transition vers des systèmes alimentaires durables.

 

Rédaction : Eloïse De Keyser

 

EN SAVOIR PLUS

Lire le numéro complet du Supporterres n°8 de juin 2019.

Agroécologie, que fait SOS Faim concrètement?