L’envers de la course aux terres : la course aux investissements étrangers

L’envers de la course aux terres : la course aux investissements étrangers
N°7

La question des acquisitions de terres à grande échelle a été largement débattue et étudiée. Nombre de travaux ont mis en lumière leurs impacts sur les populations, l’environnement et l’économie locale, les motivations des nouveaux investisseurs (approvisionnement alimentaire, spéculation), leur origine, les arrangements obscurs avec les gouvernants africains auxquels ils ont pu conduire. Dans cette synthèse, on souhaite mettre ce phénomène en perspective d’une tendance qui dépasse largement le secteur agricole mais à laquelle celui-ci est généralement soumis, celle de la course aux investissements directs étrangers (IDE). Depuis les années 90, et prenant modèle sur certains pays émergents, de nombreux gouvernants et intervenants en Afrique perçoivent et promeuvent les IDE comme une des principales clefs du développement. Nous cherchons à décrire ici les raisons de ce mouvement de « course aux IDE », certaines de ses manifestations concrètes, et certains doutes et inquiétudes auxquels il donne lieu, en particulier dans le secteur agricole, en nous basant sur plusieurs publications récentes.

Consulter en ligne Télécharger la version interactive