Partir ou … rester

Partir ou … rester
N°3

L’ancien Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, a salué en 2006 le phénomène de migration, le jugeant « hautement bénéficiaire pour le développement des pays d’origine et des pays d’accueil ». Il s’appuyait sur les chiffres du flux financier entre migrants et leurs familles restées au pays. En 2005, 232 milliards de dollars (contre 102 milliards de dollars en 1995) ont été injectés par ce biais dans les pays du Sud. A titre d’exemple, la même année, l’Aide Publique au Développement atteignait 106,5 milliards de dollars, soit moins de la moitié.

Consulter en ligne Télécharger la version interactive