Prêter pour ne plus donner?

Prêter pour ne plus donner?
N°7

L’idée est séduisante : on ne donne plus un poisson pour qu’un homme mange un jour. On ne lui apprend plus non plus à pêcher, vision post-colonialiste où le Sud aurait besoin qu’un gentil coopérant vienne lui apprendre à tendre un filet. Non : à cet homme, on va prêter l’argent nécessaire pour monter une petite entreprise de pêche. Si tout va bien, l’homme mange à sa faim, emploie peut-être même d’autres personnes qui mangeront à leur tour suffisamment, et il rembourse le capital avec intérêts, devenant ainsi à son tour une plaque tournante du développement : grâce à cette plus-value, l’institution de microcrédit peut générer plus de prêts, et donc donner à plus d’hommes leurs chances.

Consulter en ligne Télécharger la version interactive